Didactique du FLE
Première visite ?

Bienvenu sur le forum: Didactique du FLE _ Algérie

1. Je m’inscris
2. Je consulte gratuitement en ligne des cours partagés par des profs 3. Je partage des idées, des sujets, afin de pouvoir retrouver en ligne leurs cours et exercices vus en classe.
4. Je contribue en déposant mes documents en quelques clics.
5. Je télécharge gratuitement les fichiers qui m'intéressent afin de les adapter à mes besoins.

@++
Didactique du FLE

Didactique du FLE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Didactique et psychologie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Administratrice
Admin
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 14/01/2016
Age : 26

MessageSujet: Didactique et psychologie    Ven 15 Jan - 12:26

Didactique et psychologie

« La didactique se définit notamment par des recherches sur les conditions d’appropriation des savoirs. Elle s'interroge alors moins sur les concepts et les notions en eux-mêmes, que sur leur construction. Dans l'apprentissage, les pré-requis qu'ils supposent, les représentations ordinaires qu'en ont les apprenants, les différentes sortes d'obstacles à l'apprentissage qu'ils peuvent susciter… La dominante est psychologique. » (Halté, 1992)
Le mot psychologie, forgé par l'Allemand Melanchton au 15[size=11]ème [size=16]siècle, à partir du grec
psukhê, âme, et logos, science, désigne jusqu'au début du siècle, l'étude de l'âme et de
l'activité mentale.
Depuis Platon et Aristote, la psychologie s'est toujours confondue avec la philosophie, et ce
n'est qu'au 19[size=11]ème [size=16]siècle qu'elle se constitue en science autonome. La psychologie devient alors
l'étude scientifique du comportement et des processus mentaux. Elle cherche à répondre à la
question : « Pourquoi l'homme agit-il comme il le fait ? »
Pour répondre à cette question, divers points de vue sont possibles :
• Point de vue neurobiologique :
On peut chercher à répondre à cette question en essayant d'identifier les constituants du
cerveau qui provoquent tel ou tel type de comportement, s'ils sont excités électriquement. Il
s'agit ici de faire une sorte de carte des localisations cérébrales et une théorie électro-chimique
du comportement (voir Neurosciences).
• Point de vue behavioriste :
Les behavioristes ne s'occupent que de la partie observable du comportement. Ils étudient les
stimuli proposés par l'environnement et les réponses émises par l'individu. Ils font du
renforcement (récompense ou punition) l'un des éléments essentiels du contrôle du
comportement.
Pour eux le schéma de base du comportement est : stimulus - réponse - renforcement.
• Point de vue cognitiviste :
Les cognitivistes estiment que l'homme est une vaste centrale de traitement de l'information,
et que son comportement s'explique essentiellement par la perception et le traitement qu'il fait
de l'information qui lui parvient. Ils étudient surtout ce qui se passe entre le stimulus et la
réponse : motivation, perception, imagerie, stockage et récupération de l'information dans la
mémoire à long terme, contrôle de l'activité, etc., et surtout attentes, concept important du
cognitivisme (voir Traitement de l'information).
• Point de vue psychanalytique :
Pour Freud et les psychanalystes, le comportement s'explique essentiellement à partir de processus conflictuels inconscients qui se sont construits progressivement dans la petite enfance,
10
lors de l'éveil de la sexualité, dans la relation parents/enfants, ou avec le monde extérieur
(voir Freud, Psychanalyse, Psychologie clinique).
• Point de vue phénoménologique ou humanistique :
Pour ces psychologues, le meilleur moyen d'expliquer le comportement d'un individu, c'est
encore de s'entretenir avec lui et d'essayer par un entretien clinique non directif, de
comprendre ses motivations à partir des phénomènes tels que l'individu les perçoit.
La psychologie rassemble ainsi plusieurs points de vue, qui tentent tous, malgré une grande
variété des méthodes et des positions épistémologiques, de comprendre, décrire et expliquer le
« comportement humain ». Ces approches, fondamentalement différentes, ont cohabité
pendant près d'une centaine d'années, parfois en s'ignorant superbement, parfois en
s'affrontant farouchement. Si le paradigme behavioriste a bien dominé la psychologie pendant
près d'un quart de siècle (et l'a dotée d'une méthodologie de recherche inconnue jusqu'alors en
sciences humaines), quelques courants théoriques ont résisté à l'explication « stimulusréponse » : la psychanalyse de Freud et la psychologie clinique de Janet, le structuralisme des
psychologues de la Forme et de Piaget (le gestaltisme et le constructivisme), la psychologie
du développement de Wallon, Vigotsky ou Piaget…
Depuis les années 60, sur les cendres du behaviorisme, est né le cognitivisme, paradigme
dominant encore aujourd’hui, qui en introduisant les concepts de représentation symbolique et
de traitement effectué sur ces représentations, renoue avec l’étude des activités mentales, mais
cette fois sur des bases radicalement différentes.
« Par psychologie cognitive, on entend la science du traitement de l'information chez
l'homme. Le spécialiste de cette discipline s’intéresse au genre d’information que nous avons
en mémoire, aux processus impliqués dans son acquisition, à sa transformation, à son
utilisation. Il s'agit donc d'un vaste champ d'étude qui s'étend de la perception à la
résolution de problèmes en passant par la mémoire et l'apprentissage. Ce courant de recher-
che s'est fortement développé à partir de la Deuxième Guerre mondiale, et après celle-ci à
la suite des travaux de Shannon et Weaver (1949) sur la théorie de l'information. » (1)
Jamais sans doute depuis la théorie opératoire de Piaget la psychologie n'avait connu telle
abondance de concepts nouveaux, relatifs aux activités cognitives.
« La perspective du traitement de l'information chez l'homme permet de parler des
différentes activités cognitives à l'intérieur d'un même cadre conceptuel. Cela fait apparaître
que dans ces différentes activités interviennent des processus de prise d'information,
d'interprétation, d'inférence, de résolution de problèmes et de prise de décision.
Ce point de vue, qui constitue un changement majeur dans la façon d'envisager les
problèmes, est caractéristique de ce que l'on appelle maintenant la psychologie cognitive. »
(2)
Comme on le voit, la psychologie cognitive est une branche extrêmement féconde de la
psychologie : elle aborde, d'un point de vue psychologique, tout ce qui concerne la cognition,
c'est-à-dire qu'elle explore des domaines aussi vastes et différents que la mémoire, la
perception, la résolution de problèmes, le raisonnement, l'apprentissage, le développement, le
langage, l'intelligence, les émotions, les relations sociales, les prises de décision... La
cognition n'est pas un objet d'études spécifique à la psychologie. D'autres disciplines
s'intéressent à la cognition, au travers de problématiques spécifiques, selon des méthodologies
qui leur sont propres : l'intelligence artificielle, la linguistique, la logique, l'informatique, la
philosophie, l'anthropologie, l'ethnologie, la psychologie sociale, les neurosciences... Ces
disciplines constituent aujourd'hui « la galaxie » des sciences cognitives (voir ce
terme).
___________________________________________________________________________
11
Raynal Fr., Rieunier A., Pédagogie : dictionnaire des concepts clés, Paris, ESF éditeur, 1998,
pp.304-307.
___________________________________________________________________________
(1) Mathieu J., Thomas R., Manuel de psychologie, Vigot, 1985, p.11.
(2) Bonnet C., Hoc J.-M., Tiberghien G., Psychologie, intelligence artificielle et automatique,
Liège, Mardaga, 1986, p.284.
Sur le sujet, une synthèse :
- Lindsay P.H., Nonnan R.A., Traitement de l’information et comportement humain. Une
introduction à la psychologie, Vigot, 1980.
[/size][/size][/size][/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://didactique-fle.forumalgerie.net
 
Didactique et psychologie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Psychologie des foules
» Didactique versus Pedagogie
» Psychologie animale
» Psychologie de la colère
» Psychologie du soldat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Didactique du FLE :: La didactique des langues :: Introduction à la didactique et ses disciplines-
Sauter vers: